ARTICLE DE BLOG

Ça roxxe du poney !

Noob ! Ça roxxe du poney ! Toi-même tu le sais. Sissi la famille. J’suis en chien. SWAG ! PGM ! C’est qui l’daron ?! BG !  C’est frais ! J’ai trop la Hype. Pauvre boloss ! Espèce de schlag !  YOLO !! etc.

Vous n’avez rien compris à tout ça ? Désolé de vous l’apprendre mais vous n’êtes plus jeunes. Ne vous en faites pas ! Moi non plus. Si je consulte un lexique du langage jeune actuel, je ne connais pas la moitié des termes utilisés du haut de mes 25 ans. C’est jeune pour se sentir vieux vous trouvez pas ?  D’ailleurs ! Vous voyez cette phrase que je viens d’écrire. Vous la trouvez pas super jeune ? Certainement que si en raison de l’absence du « ne » de négation qui tend à disparaître du langage courant chez les plus jeunes, que ce soit à l’écrit ou à l’oral. Les temps changent mes petits amis et la langue avec eux. Le langage des jeunes passe avant tout par une grammaire un peu arrangée avant de passer par un lexique nouveau.

N’en déplaise à nos amis chevaliers de l’Académie française, la langue évolue. Elle évolue malheureusement plus vite que nous n’évoluons en tant qu’individu. Cela nous condamne donc à nous sentir toujours dépassés et très vite par la génération suivante. Le jeune d’aujourd’hui qui se moque de son vieux parce qu’il ne pige rien à ce qu’il raconte est le vieux de demain qui sera l’objet des mêmes moqueries.

Est-ce une simple volonté des jeunes de se démarquer des vieux ? Parce que parler comme ses parents, c’est quand même un peu la honte, on ne va pas se le cacher. Ou est-ce une réelle évolution de la langue immuable ? Après tout, dès la Grèce antique, on se plaignait que les jeunes ne savaient plus parler la langue. Cette bande de petits hooligans mal élevés qui se plaisent à écorcher nos chastes oreilles avec leur lexique barbare et veulent changer les pratiques discursives ancestrales à grand coup de verlan, de simplifications grammaticales et de réexploitation de termes anciens tombés en désuétude. Ils vont finir par mener notre belle civilisation à sa perte ! Moi j'vous l'dis ma p'tite dame, tout fout le camp ! C’est ce que se disent toutes les sociétés depuis aussi longtemps que les langues existent.

 

 

Voici tout de même quelques clés de compréhension de ces petits margoulins de jeunes.

Le dépoussiérage : Qui l’eut cru ! Ils aiment jouer aux archivistes de la langue ces jeunes. En effet des termes comme « daron/daronne » que vous connaissez peut-être ne sont que des renaissances de mots anciens qui avaient plus ou moins disparus des usages.

Les détournements : L’un des procédés souvent exploité est le détournement d’un mot ou d’une expression de son sens premier comme la fameuse « PLS » (Position Latérale de Sécurité) qui est utilisée par les jeunes pour dire de quelqu’un qu’il est humilié.

Les acronymes : Adeptes de simplicité et d’efficacité, les jeunes aiment utiliser des sigles. « BG » pour « Beau Gosse », « TG » pour « Ta Gueule » etc.

Le verlan : Principe assez ancien mais qui fonctionne toujours. Il a ses périodes d’arrêt… puis de retour, comme toutes les modes. Vous connaissez certainement le « Laisses béton !» pour « Laisses tomber ». Mais aussi « meuf » pour « femme » ou « vite zef » pour « vite fais ».

Les raccourcis : Couper un mot pour plus de simplicité ça s’emploie pas mal. Aaaaah ! Maudits jeunes qui veulent toujours aller trop vite avec leur : « Déter » pour « déterminé » par exemple.

Les anglicismes : Que voulez-vous ma bonne dame ! Nous sommes sous invasion anglaise et c’est pas demain la veille qu’on va bouter les mots anglais du lexique de nos jeunes. Mais ça fonctionne aussi à partir d’emprunt à d’autres langues. Massivement l’arabe qui influence beaucoup l’argot de rue qui influence lui-même le langage des jeunes. Il y a aussi pas mal d’emprunt aux langues des gens du voyage qui ont un langage très inventif. Le tout souvent déformé et réemployé à leur sauce. C’est ainsi qu’on obtient des « crush » , « thug » et « stalker », des insultes empruntées de l’allemand comme « schlag » ou bien « poucave » emprunté du romani.

Les expressions : On peut aussi citer le cas des expressions toutes faites, souvent issues de la pop culture. Citations de youtubeurs, de Meme, issus de clips ou de verbatim issus de la télé comme le « Allo quoi » de Nabilla ou encore les « Toi-même tu sais. » ou « Tu connais les bailles. »

Les mélanges : Ensuite vous prenez ces quelques principes cités plus haut et vous mélangez pour obtenir « LOL » acronyme d'une expression anglaise, « TMTC » parfois utilisé pour abréger l’expression « Toi-même tu sais » ou encore « OKLM » pour « Au calme ».

Lexiques jeune

Pour vous mettre à la page sur le langage des jeunes, je vous conseille ces plutôt bons lexiques du langage jeune :

Le curionaute propose depuis 2015, un lexique du langage des jeunes. Retrouvez la version 2016 ou 2017. Sweet daddy vous propose aussi un dictionnaire des jeunes ados à l'usage des parents à retrouver ici.

Vidéo

Je vous recommande aussi de voir ces vidéos de Linguisticae à propos des évolutions pressentiels de la langue française.

Mais vous savez quoi ? Cet article est peut-être déjà trop daté. Certains termes étant déjà passés de mode ou de nouveaux émergeants ou renaissants. Ils avancent décidément trop vite pour moi ces jeunes !