ARTICLE DE BLOG

Do you speak Emoji ? ;-)

Dans le cadre de saison culturelle « Langagez-vous », la BDSL met en avant des tendances, des initiatives ou des outils sur le thème des langues et des langages. Aujourd’hui, zoom sur les emojis, symboles qui constituent aujourd’hui une langue numérique à part entière. …

Cœur, smiley clin d’œil ou clap clap avec les mains… à l’heure de la communication expéditive, ces petits symboles qui envahissent nos smartphones et nos écrans d’ordinateur sont-ils simplement une mode ou assiste-ton à la création d’une nouvelle langue numérique universelle ?

 Les emojis, un langage désormais incontournable ?

Chaque jour, 6 milliards d’emojis sont envoyés sur les quelques 2 milliards de smartphones. Des chiffres qui donnent le tournis mais qui révèlent une nouvelle façon de communiquer. Et pour ceux qui seraient encore sceptiques sur l’invasion de ces petites têtes jaunes, il suffit de se rendre sur l’outil EmojiTracker, qui recense tous les emojis utilisés sur Twitter. Un véritable baromètre de l’humeur de la planète !

 D’où viennent-ils ?

Les premiers émojis ont été créés au Japon en 1998 – 1999 par Shigetaka Kurita. Emoji signifie littéralement « image lettre » traduisant ainsi la prolongation de notre alphabet. Ils intègrent ensuite Unicode permettant une utilisation partout dans le monde. Si 72 emojis sont reconnus officiellement, ils sont en réalité plus de 1 800, certaines marques ou personnalités ayant créé leurs propres emojis à l’instar de Kim Kardashian ou de la NBA.

Discours de Lincoln

Cela dit, des emojis venus d’autres temps ont été découverts, donnant lieu a des suppositions des plus étonnantes. Un clin d’œil se serait ainsi glissé dans un discours d’ Abraham Lincoln (source : New York Times) et un smiley au bas d’un courrier écrit en 1635 en Slovaquie, indiquerait l’approbation de son émetteur… L’emoji comblerait-il finalement un manque que nous aurions depuis l’invention de l’écriture ?

 

 

 plus puissants que les mots ?

Pour beaucoup d’afficionados, l’emoji est tout simplement plus forte qu’un ensemble de mots. Selon eux, ceux-ci seraient une meilleure transcription de nos émotions et donneraient un caractère empathique aux échanges froids des messages textuels. Au-delà de l’effet esthétique, c’est la traduction du message qui l’emporte, confirmant la célèbre expression « un croquis vaut mieux qu’un long discours ». Ainsi, un emoji peut jusqu’à inverser le sens de la phrase qui le précède : « Je te déteste » prend une toute autre tournure s’il est suivi d’un cœur ou d’un smiley en colère.

 un sujet devenu sociétal

L’emoji étant devenu incontournable, il n’en fallait pas moins pour qu’il devienne sociétal. Différents mouvements citoyens ou religieux se sont mobilisés pour que des emojis propres à leur identité soient créés. Ainsi, couleurs de peau, homosexualité ou port du hijab ou du turban on été intégrés dans le collections.

D’autres revendications plus cocasses ont aussi été entendues comme celles des roux ou celles liées aux symboles culturelles devenues de vrais combats politiques, comme la pizza ou le croissant. Moins de chance pour l’emoji aubergine, finalement censuré par Instagram, car utilisé à des fins de connotation sexuelle…

Visionnez le reportage Tracks sur Arte :

 Une trace dans l’histoire…

Pas très sérieux tout cela me direz-vous ? Et pourtant, le MoMa, célèbre Musée d’art moderne à New York a acquis en octobre 2016 les 176 premiers petits pictogrammes de 12x12 pixels imaginés par la société NTT DoCoMo. Ils vont rejoindre la collection permanente du musée comme « premiers pictographes à pénétrer dans le monde de la communication mobile ». Alors, convaincus :-D ?