ARTICLE DE BLOG

Pas de chichis entre nous… Mais du rire et de beaux moments d’émotion !

Le 9 juin dernier, la BDSL programmait la première de la toute nouvelle création de la compagnie des Totors à Cluny. Retour sur une soirée forte en émotions…

Pas de chichis entre nous est un retour sur l’enfance de Claudie Dewinter, co-auteur de la pièce, élevée dans un milieu ouvrier et populaire avec l’envie ravageuse de brûler les planches du théâtre parisien. Pendant une heure trente, elle nous invite littéralement à sa table et relate avec force et émotions ses expériences qui l’ont menée là où elle est aujourd’hui. Une pièce en caisse de résonnance puisque chacune des phrases de Claudie est commentée par Chantal et Jean-Mi, ses amis d’enfance, incarnés par Séverine Douard et Olivier Parolini. Sur les airs de la Compagnie créole et entre deux verres de Suze, ils parlent, jacassent et n’écoutent pas. Sans gêne et sans tabou, ils sont le reflet d’un milieu dont Claudie souhaite s’échapper. Les répliques drôles et décapantes laissent finalement place aux textes d’Annie Ernaux extraits de son livre Les armoires vides, comme un hommage à l’auteur qui a accompagné Claudie toute sa vie.

Pas de Chichis entre nous est la seconde création soutenue par le Département et programmée dans le cadre de la saison culturelle de la BDSL. Le succès rencontré par Pas de chichis entre nous à la salle de l’Espace Enfance/Jeunesse de Cluny, présage une belle vie à venir.  Prochaine représentation les 19, 20 et 21 juillet prochains, dans la cour du Musée Nicephore Niepce à l’occasion du festival Chalon dans la rue.

Des ateliers pour faire vivre le spectacle hors les murs

La saison culturelle de la BDSL a une ambition : rendre le monde plus intelligible en suscitant des débats collectifs et en favorisant l’épanouissement personnel. C’est dans ce cadre qu’elle a organisé des ateliers en partenariat avec la Maison départementale des solidarités de Montceau-les-Mines. Animés par les artistes, ces ateliers d’expression ont permis aux participants d’échanger en groupe, d’évoquer un souvenir, de partager un sentiment à partir des extraits lus, jusqu’à prendre part à la dernière répétition du spectacle le 5 mai dernier. Tous présents à l’occasion de la première représentation, c’est avec émotion qu’ils ont pu échanger avec les comédiens à la fin de la pièce.

Communauté: